rue Pontiac

Date de création
3 mai 1897
Données du Répertoire
Pontiac (1720-1769), chef Outaouais, fidèle ami des Français, célèbre par son courage et l’emprise qu’il exerce sur les autres nations indiennes.
Anciennement
rue Saint-Etienne,
rue des Carrières,
Source : « Les rues de Montréal »- Répertoire historique – Méridien, édit. 1995.

 
Description sommaire de la voie

La rue Pontiac est l’une des rares rues qui ne traverse pas l’avenue du Mont-Royal.Elle démarre depuis l’avenue du Mont-Royal jusqu’au

 
Notes complémentaires

Pontiac ou Obwandiyag ou encore Obwondiac.
Chef de la tribu des amérindiens Outaouais chef Odawa vainqueur des anglais. Au 4767 de la rue, une plaque historique a été apposée pour marquer le lieu où Obwandiyag fit une halte.
Recherches Diane St-Julien
Saviez-vous que l’Hôpital du Sacré-Cœur a lui aussi été fondé sur le Plateau?
En 1898, soit il y a maintenant 110 ans.
Quand, les demoiselles Généreux résolurent, avec l’approbation et la bénédiction de l’archevêque de Montréal, Mgr Bruchési, de vouer leur vie aux soins des Incurables, leurs vertueux parents les secondèrent en leur cédant leur propre logis, situé rue Pontiac.
Et pour en savoir plus
Recherches Gabriel Deschambault
La petite maison aujourd’hui disparue
Cette petite maison à un étage a été démolie en avril 2010.
Et pour en savoir plus
Extrait du bulletin trimestriel de l’été 2010

 
La rue Pontiac saisie par les peintres montréalais

Une rue sous la neige

Une rue sous la neige

La rue Pontiac d’aujourd’hui est perpendiculaire à l’avenue du Mont-Royal. Elle se situe en face à l’église du Trés-Saint-Sacrement. Le point de vue magnifique en vaut le détour. Michel Perrin peintre canadien de la neige l’a bien remarqué et exprimé dans une de ses toiles. Ce tableau est une composition de l’artiste: il ne représente pas un endroit précis. L’artiste y est allé selon son point de vue et son humeur des ruelles du Plateau en y ajoutant arbres et bâtisses à son gré. Il était dans son atelier pour le peindre. J’ai rencontré Michel et son épouse lors de l’achat de la toile et je peux te dire que c’est son histoire, telle qu’il me la racontée.
En fait il ne s’agirait pas de la rue Pontiac, mais plutôt de la ruelle entre Berri et Rivard, au nord de Mont-Royal. Le peintre dirige son regard vers le sud et ce que nous voyons, n’est pas la façade de l’église mais plutôt la façade arrière du pensionnat Saint-Basile (c.à.d. la façade arrière de la Maison de la culture), dont nous apercevons le “clocheton”. D’ailleurs, avec son tapis de glace et ses gros bancs de neige, la ruelle en question doit avoir ces jours-ci une allure similaire à celle de la peinture.
Souvent sur le Plateau, on manque de perspective pour voir les églises ou les monuments imposants. Tout cela parce que les promoteurs de l’époque se dépêchaient de construire tout autour. Et voici que la rue Pontiac nous offre ce biais.
Recherches Marielle Signori, Gabriel Deschambault

iconographie
Perspective de la rue Pontiac


Commentaire

rue Pontiac — Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *