rue de Brébeuf

Date de création
1879
Jean de Brébeuf(1593-1649), missionnaire jésuite chez les Hurons. Fait prisonnier par les Iroquois, il est mis à mort, à Sainte-Marie-du-Sault, le 16 mars 1649.
Données du Répertoire
La rue de Brébeuf est une des plus anciennes rues du Plateau elle est à sens unique (direction Sud – Nord) agrémentée d’érables, de petits duplex, triplex elle comprend aussi quelques petits commerces. La piste cyclable à double sens qui la borde est très fréquentée.
Anciennement
rue Champlain
Source : « Les rues de Montréal »- Répertoire historique – Méridien, édit. 1995.
Description sommaire de la voie
La rue de Brébeuf est une des plus anciennes rues du Plateau elle est à sens unique (direction Sud – Nord) agrémentée d’érables, de petits duplex, triplex elle comprend aussi quelques petits commerces. La piste cyclable à double sens qui la borde est trés fréquentée.
Recherche: Ange Pasquini
Une rue cyclable
La rue de Brébeuf, comme plusieurs autres rues du quartier, aurait été nommée ainsi en raison de la présence des Jésuites à la paroisse Immaculée Conception, missionnaires en Nouvelle-France et martyrs pour la foi en notre pays « . (Le Devoir, 18 octobre 1941). Ce même journal nous apprend que la rue de Brébeuf s’appelait autrefois la rue Champlain, probablement en l’honneur du célèbre fondateur de Québec.
La rue de Brébeuf, comme sa voisine, la rue de La Roche, est aussi intimement liée à la vie des ouvriers à l’époque des carrières de pierre. Une de ces carrières se trouvait précisément sur l’emplacement actuel du Parc Laurier, à l’extrémité nord de la rue de Brébeuf, là où on retrouve aujourd’hui un centre communautaire, une piscine, un terrain de baseball, de soccer, et un espace d’exercice pour Fido, Brutus et compagnie.
L’histoire récente de la rue de Brébeuf est aussi intimement liée à la pratique du vélo à Montréal. La piste cyclable qui traverse l’île de Montréal du nord au sud, passe par la rue de Brébeuf, entre le parc Lafontaine et le parc Laurier. C’est sur cette rue qu’on y retrouve également la Maison des Cyclistes. Le dossier vélo à Montréal a fait l’objet de nombreuses luttes de la part de groupes populaires, tels que Le Monde à Bicyclette et Vélo Québec dans les années 70 et 80.
La rue de Brébeuf a déjà été le lieu d’hébergement de la fille du poète Gaston Miron. Quelques maisons centenaires s’y trouvent. Au coin de la rue Marie-Anne se trouve un barbier acadien, et plus haut sur Brébeuf, une boulangerie appelée «Monsieur Pinchot», qui offre, en plus de ses pâtisseries aux framboises, des spectacles de magie et de musique durant la saison estivale.
Recherche: Richard Ouellet
Une coincidence pas si étrange que cela
A trois rues parallèles un peu plus vers l’Est se situe la rue Charles Garnier missionnaire Jésuite martyrisé par les Iroquois la même année.
Recherche: Ange Pasquini
Note complémentaire
Un Plateau propre, propre et désinfecté !
… Savez-vous où l’eau de javel a fait son apparition au Québec en 1898? Mais sur le Plateau, bien sûr! …
Et pour en savoir plus
Chronique de Gabriel Deschambault

Commentaire

rue de Brébeuf — Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *